Pèlerinage à St Genou à Montcresson et Noyers


La fontaine Saint Genou en 1960 avant sa restauration

La notoriété de St.Genou est certes bien loin d'égaler celle d'un St.Martin, d'un St.Nicolas, St.Pierre ou St.Paul, Ste.Marie, Ste.Madeleine et de tant d'autres. On le rencontre pourtant en Gâtinais où il connut une certaine popularité" ; en sont témoins deux pèlerinages qui connurent une bonne fréquentation, au moins jusqu'à la guerre de 1914, celui de Montcresson au lieu dit Breuzy, celui de Noyers. Montcresson est situé sur le Loing et le canal de Briare, au sud de Montargis et à l'ouest de la rivière. Noyers, à peu près à la même latitude que Montcresson se trouve à une très courte distance de la ville de Lorris. Il s'agit dans les deux cas d'un pèlerinage à une fontaine. A Breuzy la fontaine guérissait des rhumatismes et arthroses, plus particulièrement celle des genoux. A Noyers on y trempait les vêtements des enfants malades dont on espérait la guérison ou qui tardaient à marcher. Les deux lieux sont distants de moins de 30 km. L'histoire de Breuzy est ancienne ; on sait qu'elle était sous la dépendance des moines de Ferrières et cela depuis au moins le Xllème siècle.

La fontaine St Genou de Breuzy en 1960 avant restauration A Montcresson, un petit bâtiment surmonte toujours le bassin de la fontaine, partagé en deux compartiments, l'un pour les femmes, l'autre pour les hommes ; on y trempait pieds et jambes et on l'on buvait de son eau ; à courte distance s'élevait une chapelle, aujourd'hui disparue. A Noyers, une petite niche qui abrite la statue du saint surmonte le modeste bassin.


Le pèlerinage de Montcresson se déroulait au moins de juin, celui de Noyers en septembre. Il est bon de noter que sur le chemin reliant Montcresson à Noyers se trouve la ferme de Courgenou, qui de toute évidence emprunte son nom à celui de notre saint.


Ainsi Genou apparaît comme un saint guérisseur ; son culte demeure cependant très circonscrit.


Nous le retrouvons pourtant tout au sud du département et par delà la Loire au cœur même de la ville de Gien. Sur la place St.Genou se trouvait naguère un lavoir, successeur d'une antique fontaine sacrée auprès de laquelle s'était élevée un chapelle qu'entourait un cimetière. Condamné le 8 novembre 1972, en séance municipale, le lavoir fut démoli dans les mois qui suivirent.


La fontaine Saint-Genou de Breuzy est située en bordure du Loing, dans le hameau de Breuzy. Cette fontaine fut pendant des siècles le but d’un pèlerinage très fréquenté. Se tremper dans ses eaux pouvait amener la guérison de paralysie, rhumatisme et autres douleurs. Il subsiste un édifice où se trouve le bassin encadré de deux pièces permettant aux pèlerins de se déshabiller séparément. Devant la fontaine se dresse une colonne torse de pierre portant un écusson. La chapelle du prieuré de Breuzy, qui dépendait de Ferrières, fut détruite pendant la Révolution.



Bulletin de la Société d'émulation de l'arrondissement de Montargis,

publication de M. Gauthier 1931



LE PRIEURÉ DE BREUZY Commune de Montcresson


Moins de 100 mètres après le pont du Loin, on prend à gauche un joli chemin ombragé qui conduit au hameau de Breuzy. La promenade est fort agréable, et si la vieille fontaine ne voit quasi plus de pèlerins, elle reçoit toujours la visite des promeneurs. Le chemin débouche dans la cour d'une fermé (B 357 au cadastre), en bordure d'un bras du Loing. Sur ce bras, peut-être artificiel, il paraît y avoir eu un moulin, car on distingue dans le mur d'anciennes pierres cornières et la couronne de pierre où devait passer l'arbre de couche. La fontaine est dans la prairie à gauche (B 488 et 489) ; malheureusement, elle est dissimulée dans un affreux petit bâtiment moderne à 3 entrées. Ce bâtiment porte l'inscription : « Bon saint Genou, priez pour nous ». Malgré la richesse de cette rime, je préférerais voir la fontaine à l'air, au milieu du beau paysage.

Tout près de la fontaine est une petite croix de fer sur une colonne torse de 1 m. 50 environ.

Sur cette colonne est un petit écusson fort abîmé, où l'on distingue cependant des chevrons ; on y voit également des traces de peinture verte.


Cette croix perpétue le souvenir de l'église, dont il ne reste aucun autre vestige. Charron dit que les dimensions en étaient les mêmes que celles de l'église paroissiale, ce qui est douteux. Le même auteur ajoute qu'elle a été détruite vers 1815. Il est peu probable que l'emplacement de l'église ait été cette prairie humide et souvent inondée. Je crois qu'il faudrait le situer un peu plus à l'est, dans le petit vallonnement qui se voit dans cette direction. Après la démolition de l'église restait toujours le pèlerinage du 20 juin, qui guérissait les infirmes et paralytiques. Il paraît que ce traitement est de moins en moins efficace, car il est à peu près abandonné. Et si Charron parle des « eaux minérales » de la fontaine, j'avoue ne pas être qualifié pour le suivre sur ce terrain.


J'ignore si la fontaine de Breuzy était déjà vénérée aux temps celtiques. La chose n'a rien d'improbable. Le premier texte historique citant Breuzy (ecclesia sancti Genulfi de Brusciaco ou Brusiaco) est daté de 1147. Il ne fait d'ailleurs que citer cette possession, parmi tant d'autres de l'abbaye de Ferrières. En 1156, le pape Adrien IV juge le différend survenu au sujet de Breuzy entre l'abbaye de Ferrières et celle de La Charité ; il adjuge l'église de Breuzy à Ferrières (original parchemin aux archives du Loiret, série H). Ces deux faits sont tirés de l'histoire de l'abbaye de Ferrières, par Jarossay.


Puis, pendant de longs siècles, nous n'avons plus de nouvelles de Breuzy. Il semble bien que le prieur n'y résidait plus, et qu'il était parvenu à se rendre à peu près indépendant. Et il est absolument certain qu'une grande partie de son activité fut consacrée aux chicanes et aux procès.

Les archives départementales possèdent sur ce prieuré une seule liasse comprenant des titres du XVIIe et du XVIIIe siècles (procès-verbaux de prise de possession du prieuré, baux, censier, terriers, procès avec les curés de Montcresson, Montargis et Amilly, bornages, plans) classée dans le fonds de l'abbaye de Ferrières (supplément H 156). Pour faire un travail complet, il faudrait consulter ce dossier ; les plans nous apprendraient peut-être l'emplacement exact de l'église.



_edited.png
Horaires d'ouverture

Lundi, mardi et vendredi

14h à 17h

Jeudi

10h à 12 et 14h à 18h

Vacances scolaires

Mardi et jeudi

14h à 17h

mercredi

9h à 12h

Liens utiles
Par catégories
Par tags
Pas encore de mots-clés.
  • Facebook
  • YouTube